Perquisition à l’IHU Méditerranée du Pr Raoult

Selon les informations de France Bleu Provence, une perquisition a eu lieu ce lundi dans les locaux de l’établissement dirigé par l’infectiologue marseillais. L’avocat de ce dernier a assuré qu'il "n'est pas mis en cause".

Les locaux de l’IHU Méditerranée, situés à côté de l’hôpital de la Timone dans le Ve arrondissement marseillais, ont été perquisitionnés ce lundi, à partir de 9h30, révèle  Une dizaine de policiers, accompagnés d’un procureur de la République, étaient mobilisés pour cette opération, selon la radio. Les enquêteurs auraient porté leur attention sur le 4ème étage de l’établissement, dirigé par le Pr Raoult.

Interrogé par , l’avocat du très médiatique professeur marseillais, Me Brice Grazzini, a assuré que « cette perquisition n’a rien à voir avec Didier Raoult, il n’est pas mis en cause”. La chaîne d’info en continu a précisé qu’elle visait “à récupérer des documents permettant d’étayer des soupçons de prise illégale d’intérêt et de possibles détournements de fonds publics”.

Dans un communiqué auquel l’AFP a eu accès, « le parquet de Marseille confirme qu’une enquête préliminaire a été engagée depuis la transmission d’un signalement émanant de l’agence française anti-corruption en 2019 visant l’institut de recherche pour le développement (IRD) (…) dans ses liens financiers avec la fondation méditerranée infection »,écrit la procureure de Marseille, Dominique Laurens.

Cette dernière a ajouté que l’enquête concerne également « le fonctionnement interne de l’IRD sur l’emploi de fonds publics pour des dépenses sans lien avec les missions de l’IRD ou non justifiées ».  Le site d’informations avait, en 2018, mis au jour des soupçons de l’agence française anti-corruption au sujet d’un présumé conflit d’intérêt entre l’ex-PDG de l’IRD et son épouse, lors présidente de l’IHU Méditerranée.

Selon l’AFP, ces soupçons portaient sur plusieurs conventions entre les deux institutions, en particulier la location de bureaux de l’IHU à l’IRD.